QUI SUIS-JE ?

Comme tu as pu le constater, mes vies personnelles et professionnelles ont été jalonnées d’épreuves difficiles à surmonter. Ces difficultés m’ont demandé un travail énorme de reconstruction

Au cours de mes thérapies, je me suis souvent retrouvée seule à gérer les coups durs. J’avais beaucoup de mal à trouver les ressources en moi qui pouvaient m’aider à me sentir mieux.

Heureusement, un jour, une amie m’a fait découvrir le travail de laine et du crochet.

C’était une révélation pour moi : le contact de la matière, l’apprentissage d’une nouvelle technique, la création, la satisfaction du résultat.

Grâce à cette activité, j’ai réussi à arrêter le petit hamster qui tournait dans sa roue dans ma tête, j’avais enfin trouvé une façon d’apaiser mon mental.

J’ai alors découvert qu’il s’agissait d’art-thérapie et j’ai voulu aller plus loin. J’ai pu expérimenter cet accompagnement privilégié par une art-thérapeute en or.

Quand la nouvelle de mon licenciement pour inaptitude est tombée et que le mot reconversion a été prononcé, il a fallu faire le deuil de mon ancien travail. Adieu mammographies et Scanner ! Et Bonjour l’art-thérapie !

Je me suis alors formée afin d’obtenir les clés de tous les bénéfices qu’offrent cette pratique.

Et pour aller plus loin,  je me suis formée à la pratique de l’outil mandala. C’est un outil idéal pour travailler les prises de conscience en douceur. Et crois-moi, avec le mandala c’est tellement plus que de la mise en couleurs. J’ai tellement appris sur moi en pratiquant. En plus, j’ai enfin compris  pourquoi j’adore collectionner les petites choses, mes trésors. Je te laisserai les découvrir si tu as envie d’essayer cette merveilleuse technique.

Mon travail de technicienne en imagerie médicale était en parti technique mais il nécessitait des qualités humaines indispensables.

Pour ma part, mon empathie, mon écoute et ma bienveillance m’ont permis d’apporter le soutien et le réconfort indispensables pour les patients qui vivaient des examens difficiles.

Mon accident du travail m’a permis d’être à la place de patiente et m’a ouvert les yeux sur la nécessité de replacer le patient au coeur de leur soin.

J’ai pu me rendre compte que d’une manière détournéée, la création et le fait d’arriver au bout d’un projet procurait beaucoup de satisfaction et apportait de la confiance en soi.

Je pense que l’art-thérapie présente une alternative positive dans un processus d’aide et j’aimerai oeuvrer dans ce sens.